Mardi 19 mars, Christiane Taubira a confirmé sa volonté d'abroger les peines-plancher et la rétention de sûreté, regretté de n’être pas allée « au bout » des débats sur la dépénalisation du cannabis et sur le récépissé pour les contrôles d’identité. Elle a ouvert la voie à une « libération conditionnelle automatique » des détenus. Vendredi 22...