Suite à l'évacuation du camp de la porte d’Aubervilliers, François Dagnaud, maire du 19ème arrondissement, a relogé des familles Roms dans des immeubles du quartier. Entre actes de vandalisme quotidiens et dégradations des parties communes, les habitants de la rue Émile Bollaert ont dit leur désespoir à Jean-Jacques Giannesini, qui s'est rendu à leurs côtés.

Paris, le 17 mars 2014 – Coup double pour M. Dagnaud, qui est parvenu à donner des gages à ses alliés d'extrême-gauche tout en alimentant le vote d'extrême-droite. En effet, le désespoir est grand aux alentours de la rue Émile Bollaert, où le relogement des Roms du camp de la Porte d'Aubervilliers met les habitants du quartier dans une situation d'extrême insécurité.

Le camp de Roms du nord du 19ème arrondissement n'a en réalité jamais été détruit ; il a été déplacé. Chaque soir, des dizaines de Roms viennent dormir dans les appartements mis à la disposition de certains d'entre eux par la mairie, violant ainsi les lois d'occupation des logements. Au mépris du respect le plus élémentaire des règles de sécurité, ils organisent des branchements électriques sauvages dans les parties communes. Point d'orgue de cette situation, les locataires subissent presque quotidiennement des actes de vandalisme.

Pour les habitants de ce quartier, ce n'est plus vivable. « Leur colère est telle que des incidents ne sont pas à exclure ; à quel jeu joue M. Dagnaud ? », s'interroge Jean-Jacques Giannesini, candidat de la droite et du centre dans le 19ème arrondissement. Ce dernier s'est rendu jeudi à la rencontre de ces familles, à l'angle de la Porte d'Aubervilliers et de la rue Émile Bollaert. Elles regrettent que les Roms qui vivent dans ce quartier ne manifestent aucune volonté d'intégration. Elles déplorent que des logements aient été attribués à des familles marginalisées alors que leur quartier est en grande difficulté. Elles ont d'ailleurs signé une pétition.

Que penser du fait que ces logements aient été attribués au détriment d'autres familles qui attendent quelquefois depuis plusieurs années ? Que penser de l'inaction de M. Dagnaud face à l'insécurité croissante dans ce quartier ? Que penser du silence de la mairie, alors que des familles entières se sentent abandonnées ?

Il est inquiétant de voir un maire se préoccuper davantage des enjeux politiciens que des citoyens. Le maire du 19ème arrondissement, candidat à sa propre réélection, a bien compris où se situaient ses intérêts électoraux. En contrepartie, il a oublié l'intérêt des habitants.