Je fais part de mon incompréhension face au refus exprimé par Mme Hidalgo de participer au débat proposé par France 3 Île de France le 20 mars.



Il faut dire que Mme Hidalgo, qui semble être une adepte de la stratégie de l’évitement, n’en est pas à son premier coup d’essai. On peut ainsi citer le débat du 5 juin 2013 sur l’écologie à Paris, organisé par l’UNESCO, le débat sur la culture qu’ALTAÏR a finalement renoncé à organiser, faute d’accord de la première adjointe, ou encore, plus récemment, le débat sur la culture proposé par Télérama.



Aujourd’hui, à l’approche des élections, et alors que tous les candidats ont été invités par France 3 Île de France, je ne m’explique pas ce nouveau refus.



Les conseillers de Mme Hidalgo doutent-ils des capacités de leur candidate à sortir des sentiers battus ? ont-ils conscience de la légèreté de leur programme ? s’estiment-ils supérieurs aux autres candidats ?



Dans tous les cas, la décision de Mme Hidalgo est une marque inacceptable de mépris pour les Parisiens. Cette dernière, qui ne jure que par le participatif, le contributif, la démocratie, … n’hésite pas à promettre des droits virtuels aux Parisiens (à l’image de sa proposition de leur faire décider 5 % du budget), mais quand il s’agit de leur donner le droit le plus élémentaire, celui de s’informer, de comparer, et de faire un choix éclairé, la première adjointe est aux abonnés absents.



Je rappelle que j’accepterai tous les débats qui me seront proposés dans la perspective de ces élections.

Nathalie Kosciusko-Morizet