fact-checking-logo.png

fact-checking-logo.png

Le 26 août 2013, Anne Hidalgo était l'invitée de Laurence Ferrari dans l’émission Tirs Croisés sur i>Télé. Interrogée sur le mauvais état des finances et de la gestion de la Ville de Paris, la candidate sortante a contesté les chiffres de la Mairie de Paris avancés le matin même par NKM.

Sur iTélé, elle affirmait ainsi « C'est une ville Paris dans laquelle les impôts ont augmenté de façon raisonnable ». Le 2 septembre sur France Bleu, elle précisait « Il suffit de savoir compter : 9+8, ce sont les deux augmentations qu'il y a eu en 2009 et 2010, plus 3 % la création d'une taxe départementale, ça ne fait pas 40 % »

Mise à jour : Anne Hidalgo persiste et signe lors du Grand Jury sur RTL le 25 novembre 2013 et une fois n'est pas coutume, c'est Libération qui dénonce sa mauvaise foi et son refus de l'évidence.

Mauvaise foi !

La candidate sortante a au moins raison sur un point : la municipalité de Paris a bien augmenté les impôts depuis son élection en 2001. Considérer que cette augmentation est raisonnable est une autre affaire.

Si la Ville a fait voter en 2009 et 2010 des augmentations de 9 % et 8 % des taux de taxe d’habitation et de taxe foncière, il est mathématiquement faux d’additionner 9+8+3 pour connaître la variation effective de la pression fiscale.

Du côté des recettes fiscales de la Ville, elles sont passées de 2,2 milliards d’euros en 2001 à 3,06 milliards d’euros en 20121 soit une hausse de 40 %.

Du côté des taux votés par la municipalité, en seulement 2 ans, ils ont augmenté de 60 % pour la taxe foncière (7,11 % en 2008 à 11,61 % en 2010). La création de la taxe départementale n’a d’ailleurs pas haussé le taux de la taxe foncière de 3 % comme tente de le faire croire la candidate sortante, mais de 3 points, donc de 39 % !

Par ailleurs, en ne citant que la taxe d’habitation et la taxe foncière, Anne Hidalgo oublie les augmentations de plusieurs autres taxes payées par les Parisiens :

- Suite à une délibération de septembre 2011, la taxe de balayage est passée d’une fourchette entre 1,17 €/m² et 9,22 €/m² au taux maximal pour tous ! Résultat, des augmentations pouvant atteindre 688% dans certains quartiers et des recettes en hausse de 50% !

- Concernant la taxe sur les ordures ménagères, son produit a augmenté de 40% entre 2001 et 2012 (de 310 à 434 millions d’euros). La Chambre régionale des Comptes indiquait même en 2011 dans un rapport que la Ville, incapable de fournir un « instrument d’information fiable, ni pour les élus, ni pour les habitants, sur le coût de l’élimination des déchets à Paris », avait réalisé des excédents pouvant atteindre 16,5 millions d’euros en 2007. C’est à dire qu’elle avait prélevé plus aux Parisiens que nécessaire, au mépris de la loi !

NKM s’est engagée à stopper les hausses d’impôts à Paris. En 2008 et 2009, elle était parvenue à diminuer les taux de taxe d’habitation de la ville dont elle était Maire, et à stabiliser la taxe foncière.