Jean-François Legaret, président du groupe UMPPA, maire du Ier arrondissement, Philippe Goujon, député-maire du XVème arrondissement Jean Tiberi, maire du Vème arrondissement, Jean-Pierre Lecoq, maire du VIème arrondissement, Rachida Dati, maire du VIIème arrondissement, François Lebel, maire du VIIIème arrondissement, Claude Goasguen, député-maire du XVIème arrondissement, Brigitte Kuster, maire du XVIIème arrondissement, Jean-Baptiste Menguy, conseiller de Paris en charge des affaires scolaires, et l’ensemble des élus du groupe UMP au Conseil de Paris, dénoncent un processus d’inscription dans les conservatoires de Paris de plus en plus compliqué, contraint et donc restreint, contrairement aux objectifs d’accessibilité affichés.

La municipalisation des conservatoires (ayant transformé les « conservatoires d’arrondissement » en « conservatoires de Paris ») avait déjà engendré une perte de souplesse considérable dans les processus d’admission : des files d’attente dès l’aube pour inscrire les enfants, ou des heures au téléphone pour tenter sa chance, un choix d’instrument devenu totalement aléatoire, une gestion humaine devenue impersonnelle et une atmosphère d’agitation moins propice à la pratique artistique, liée aux élèves venus de loin et restant de longues heures dans les couloirs des conservatoires. A cette absence totale de bénéfice de cette réforme pour les familles, s’était ajoutée une hausse considérable des tarifs liée à une mauvaise gestion des coûts.

Cette année, en plus de ces contraintes, la réforme des rythmes scolaires est venue compliquer l’organisation des emplois du temps tant des conservatoires que des élèves eux-mêmes qui se verront attribuer en priorité des horaires en soirée, même tard, ou le samedi matin, pénalisant, par voie de conséquence les élèves du privé (qui ont parfois école le samedi) mais aussi tous ceux qui ne trouveront pas la motivation ou les moyens matériels pour s’organiser, avec cette contrainte supplémentaire. On est loin de toute philosophie de démocratisation de l’accès à l’apprentissage des disciplines artistiques !

Pourtant, l’apprentissage et la transmission de la musique, dont le rapport Lockwood (rendu en 2012 à la demande de Frédéric Mitterrand) et l’expérience DEMOS (lancée par le Conseil de la création artistique pour proposer aux jeunes des cités un apprentissage intensif de la pratique orchestrale, à l’instar de l’expérience d’El sistema au Venezuela), ont démontré leur importance dans l’éducation par la pratique. Ils doivent se démocratiser et être accessibles au plus grand nombre. Personne ne saurait contester cet objectif ; mais dans les faits, tout a été fait depuis 2001 par la majorité socialiste de la mairie de Paris, pour aboutir à l’effet inverse….

C’est pourquoi, les maires d’arrondissement UMP et l’ensemble des élus du groupe UMP, dénoncent la succession de décisions du maire de Paris allant à contre-courant de l’intérêt des familles, tant sur le plan matériel (contraintes financières et d’organisation), que pédagogique.