Jean-François Legaret, président du groupe UMPPA, maire du Ier arrondissement, Philippe Goujon, député-maire du 15eme arrondissement, président de la Fédération UMP de Paris, et l’ensemble des élus du groupe UMP au Conseil de Paris s'alarment de l'extrême violence des deux attaques à main armée commises cette nuit dans les 1er et 15ème arrondissements, évoquant une dérive à la marseillaise et s'ajoutant à l'explosion de la délinquance à Paris depuis plusieurs mois. La situation marseillaise, pour être gravissime, ne saurait occulter la réalité de la situation dégradée dans les autres villes de France, notamment à Paris, où le discours permissif et laxiste du Gouvernement, et singulièrement de la garde des Sceaux, entraine une augmentation de la délinquance.

Dès son arrivée au Ministère de l'Intérieur, M. Valls a annoncé renoncer aux statistiques de la délinquance. En brisant le « thermomètre », il refuse d'être jugé sur ses résultats. Ce choix délibéré est l’aveu d’un échec sur la sécurité parisienne.

Rappelons que de 2002 à 2012, sous l'action du gouvernement et des Préfets de police, les vols à main armée avaient baissé de 70 % et 90% des faits étaient résolus. Le groupe UMP refuse toute fatalité : ces événements récents ne doivent pas s’ancrer dans le quotidien des Parisiennes et des Parisiens.

A Paris, malgré les discours lénifiants de la candidate Anne Hidalgo, le bilan de la première adjointe de Bertrand Delanoë fait preuve d’une indifférence consternante à cette préoccupation des Parisiens, en témoignent par exemple la participation dérisoire de la ville de Paris au dernier plan de vidéoprotection (5 millions d’euros sur 230, soit 2%) ou encore le délaissement des inspecteurs de sécurité de la ville de Paris, dont les effectifs ont chuté de 15 % depuis 10 ans.

Il est temps que la sécurité soit réellement prise en compte dans les priorités de l’équipe municipale.