Jean-François LEGARET, Président du Groupe UMPPA, maire du 1er arrondissement, Conseiller régional, Philippe GOUJON, Député-maire du 15ème arrondissement, Président de la Fédération UMP de Paris, et Jérôme DUBUS, Conseiller de Paris du 17ème arrondissement, Secrétaire national de l’UMP, refusent la vision conservatrice du gouvernement et appellent à une impulsion démocratique de l’organisation institutionnelle de l’Ile-de-France.

La gouvernance actuelle n’a conduit qu’à l’échec du duo DELANOË-HUCHON du fait d’une organisation institutionnelle défaillante. Incapable de répondre aux priorités des habitants, que ce soit en matière de logement et de transport, elle concourt à la dégradation de l’attractivité de Paris et de l’Ile-de-France : le solde migratoire de Paris est négatif et plus d’un francilien sur deux souhaitent quitter la région.

L'avant-projet de loi de décentralisation démontre que le gouvernement renonce à diminuer les niveaux de gouvernance et à engager Paris dans une véritable métropolisation de ses politiques publiques. Désormais, on dénombrera six niveaux de décision : commune, intercommunalité, département, métropole, région et conférence métropolitaine, sans parler des multiples syndicats intercommunaux. Cette dilution des responsabilités est incompatible avec une attractivité retrouvée de la région capitale.

Dans un contexte de maîtrise impérieuse des finances publiques, la multiplication des niveaux de décision conduira à plus de dépenses publiques. Mécaniquement, les parisiens et les entreprises, déjà matraqués par Bertrand DELANOË et le gouvernement, devront faire face à une pression fiscale accrue.

Ce projet de création de la « Métropole de Paris » n’est malheureusement qu’une nouvelle couche du mille-feuille institutionnel parisien destiné à satisfaire le maire de Paris mais qui demeure toujours fermé à une représentation de l’opposition parisienne.

Dans un projet de loi de décentralisation, le gouvernement réussit à créer un 3ème degré d’élection : le Conseil métropolitain formé de personnes élus au 2ème degré (maire de Paris, présidents d’intercommunalité). On ne peut concevoir la Métropole de Paris sans ses habitants, sans un débat politique majeur au cours des prochaines échéances municipales et régionales.

Le groupe UMPPA regrette cette absence de vision et d’équilibre démocratique qui aurait pourtant permis d’améliorer la prise de décision. Cet avant-projet de loi n'est en réalité qu'un arbitrage maladroit et partisan entre les divergences de Bertrand DELANOË et de Jean-Paul HUCHON, au détriment de l'intérêt général des parisiens et de leur priorité : se loger dans la capitale.