Paris, le 8 février 2013

Madame, Monsieur,

Avant les vacances de noël, vous avez reçu comme chaque année à la même époque, votre taxe communale. Depuis, plusieurs d’entre vous m’ont fait part de leur surprise et de leur indignation face à l’augmentation subite et scandaleuse de cette taxe qu’ils ont constatée par rapport à 2011. Cette hausse excessive allant souvent jusqu’à plus de 300%.

Une pétition signée par beaucoup d’entre vous, dont j’ai eu connaissance a été envoyée à Monsieur Madec l’ancien Maire du 19ème ainsi qu’au nouveau Maire Monsieur Dagnaud.

Mon devoir d’élu de proximité est avant tout de vous informer sur la réalité des faits. En effet, lors du Conseil de Paris des 26, 27 et 28 septembre 2011, M. Dagnaud en tant qu’adjoint au Maire de Paris Chargé de la Propreté et véritable responsable de cette augmentation, a présenté et défendu devant les élus parisiens, une délibération qui imposait et validait cette véritable injustice sans aucune concertation et sans étude d’impact sur les conséquences de cette mesure injuste.

Le groupe UMP s’était alors opposé fermement à cette hausse sans précédent, en déposant un vœu qui demandait entre autres, la refonte de la taxe de balayage après une concertation approfondie entre tous les acteurs et donc, le retrait pure et simple de la délibération de l’ordre du jour de ce conseil. La majorité socialiste, verte et communiste ont rejeté le vœu à la demande de M.Dagnaud en charge de ces questions et ont voté cette augmentation aberrante dont vous avez à subir aujourd’hui.

Je vous rappelle que nous avons assisté depuis l’élection de M.Delanöe en 2001 à une véritable explosion de taxes locales, la taxe d’habitation, la taxe foncière, la taxe sur l’enlèvement des ordures ménagères, les concessions funéraires, les spectacles, elles ont augmenté en moyenne de plus de 78%. Lui qui se disait « Maire manager », n’a pas hésité à taxer toujours plus les parisiens. Les impôts locaux en sont l’exemple parfait, avec une augmentation de 38% depuis 2008.

Concernant les recettes municipales sur les déchets à Paris, Messieurs DELANÖE et DAGNAUD ont ponctionné 50 millions d’euros dans les poches des parisiens entre 2009 et 2011 pour financer un service public excédentaire de 70 millions d’euros selon la Chambre Régionale des Comptes. Ce procédé est parfaitement illégal.   C’est le résultat de la mauvaise gestion de la majorité municipale qui n’a pas su anticiper sur la crise économique et qui est obligé comme l’a écrit un journaliste du « Parisien » le 27 septembre 2011 : « de chercher des sous un peu partout ».

En tant qu’élu de terrain responsable et soucieux de la vérité, je souhaitais vous informer sur cette avalanche d’augmentations. Cette frénésie dépensière de la mairie actuelle doit être stoppée. Un changement de politique s’impose. Les élections municipales de mars 2014 en seront l’occasion.

Restant à votre disposition, je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l’assurance de mes sentiments respectueux.

Jean-Jacques Giannesini
Conseiller de Paris